Zinneke parades

Zinneke Parades

En 2000, Bruxelles était sacrée «ville européenne de la culture». Une des actions mises sur pied pour célébrer cette année particulière fut l'organisation de la première Zinneke Parade. L'expérience était inédite en Belgique et fut particulièrement enthousiasmante pour tous ceux qui la vécurent.

Le 27 mai 2000, des milliers de personnes de tous âges et de toutes origines - artistes amateurs ou professionnels et simples citoyens - reprirent possession des rues de la ville en lui offrant un gigantesque spectacle déambulatoire. Des centaines de milliers d'habitants acclamèrent ce défilé composé de multiples cortèges mettant à l'honneur la musique, les arts de la rue et la danse, et ce sans recourir à une quelconque forme d'amplification ou d'électricité. Si la convivialité fut assurément le maître-mot de la Parade, la créativité et l'humour n'en étaient pas non plus absents, comme en témoignèrent les costumes de toutes formes et couleurs rivalisant d'inventivité.

Le Pôle Nord de l'édition 2000 - L'atelier Arca

Dès le départ, Coryphée s'inscrivit avec volontarisme dans cette aventure culturelle en créant au sein du pôle «Nord», coordonné par l'asbl Infor Jeunes, un cours de djembé, formant ainsi environ vingt percussionnistes pour le jour j. L'accompagnement musical de l'atelier de danse africaine d'Arca fut par ailleurs entièrement assuré par le groupe SakkaConga pour Coryphée et, lors du défilé du 27 mai 2000, les membres du groupe encadrèrent artistiquement les danseuses et percussionnistes de l'atelier Arca.

La Zinneke 2002 ou le mariage de l'eau et du feu

Deux ans plus tard, pour sa deuxième édition, un thème générique - les «synergies / énergies» - était proposé comme fil rouge de la Zinneke Parade. Partant de cette idée des «Zinnergies», Coryphée et l'Ecole Supérieure des Arts du Cirque (ESAC) eurent l'idée de créer, à nouveau en partenariat avec Infor Jeunes, un cortège déclinant la rencontre/confrontation entre l'eau et le feu. Les cours de percussions, qui s'étaient maintenus et élargis depuis la première Zinneke, furent rejoints par des cours de danse africaine encadrés par Coryphée et l'asbl Simby, et par les étudiants de la première année de l'ESAC pour la dimension circassienne.

Le cortège, fort d'une septantaine d'artistes, exprima un dialogue entre l'eau et le feu par une chorégraphie intégrant deux disciplines des arts du cirque - l'acrobatie et la jonglerie -, la danse contemporaine, la percussion et la danse d'Afrique de l'Ouest. La présence de chars, pour porter les instruments de percussions, ajouta aussi une dimension scénographique plus imposante que lors de la première Parade.

La Zinneke 2004 ou les tambours forgerons

Le 8 mai 2004, la nouvelle édition de la Zinneke Parade déambula dans les rues bruxelloises et, pour la troisième fois consécutive, Coryphée participera (au sein du Pôle Nord) à cet événement devenu un des grands moments culturels et populaires de la capitale.

C'est fort de l'expérience positive acquise lors de ses deux premières éditions que Coryphée - soutenue par l'asbl Zinneke et par la Commission Communautaire Française (COCOF) - a initié et coordonné un nouvel atelier au sein du Pôle Nord. Pour ce faire, Coryphée a renouvellé sa collaboration avec les partenaires de 2002, à savoir Simby asbl, l'Ecole Supérieure des Arts du Cirque (ESAC) et Infor Jeunes.

A partir du thème générique des « corps de métiers » défini par l'asbl Zinneke Parade, Coryphée mettra en place un cortège qui décline, au travers de la mise en scène, du décorum et du choix des costumes, le thème « des tambours forgerons ». Si le choix s'est porté sur ce métier c'est parce qu'en Afrique de l'Ouest c'est précisément la caste des forgerons qui fabrique et joue traditionnellement le djembé, un des instruments qui sera principalement utilisé.

L'atelier « les tambours forgerons » a réuni :

  • les élèves de cinq cours de danses africaines, issus de deux cours de Géralde Alcindor et de trois cours dispensés par Brahima Coulibaly
  • des étudiants circassiens de la première année de l'ESAC
  • une équipe de percussionnistes de niveau professionnel assurant l'encadrement musical, comprenant le groupe SakkaConga et des musiciens professionnels invités